Projection du Phoenix de Sherbrooke, Édition 2017-2018!

phoenix

Le Phoenix de Sherbrooke, édition 2017-2018, est une équipe intrigante à l’arrivée de cette nouvelle saison de la LHJMQ. Chacun est au courant de l’épineux dossier Anderson MacDonald qui a pris fin il y a quelques semaines avec son départ pour Moncton et on pourrait en discuter longtemps. Cependant, ce texte n’est pas sur le cas MacDonald et sa demande de transaction, mais bien sur la prochaine saison de l’équipe. À quel point cet alignement est-il différent de celui qui a terminé la saison 2016-2017 au 17e rang de la LHJMQ? L’équipe du The Q News analyse donc la composition de cet effectif en profondeur.

 

Une attaque plus diversifiée

  • Pertes principales: Jason Imbeault (Moncton – LHJMQ), Anderson MacDonald (Moncton – LHJMQ), Julien Pelletier (Ex-20 ans).
  • Arrivées principales : Samuel Poulin (R1 #2 – 2017), Bailey Peach (R1 #11 – 2017), Mathieu Olivier (Shawinigan – LHJMQ).

 

Alignement projeté :

L1 : Samuel Poulin – Hugo Roy (20) – Nicolas Poulin (20)
L2 : Yaroslav Alexeyev – Marek Zachar – Mathieu Olivier (20)
L3: Bailey Peach – Evan MacKinnon – Kevin Gilbert
L4: Félix Robert – Nicolas Roy – Benjamin Tardif/ Simon Lefebvre

 

Les départs d’Anderson MacDonald et Jason Imbeault n’apporteront aucun remplacement immédiat à l’avant, mais les arrivées combinées de Mathieu Olivier, Samuel Poulin et Bailey Peach devraient remplir une bonne partie de la production des deux anciens ailiers, sinon la totalité. Le Phoenix est de plus allé chercher des choix au repêchage très valables dans la transaction de MacDonald, ce qui lui permettra d’aller chercher du renfort si le besoin se présente au début de l’hiver.

On ignore ici les positions naturelles/favorables pour les ailiers. Samuel Poulin ne jouera pas au centre s’il fait partie de la première unité, car Hugo Roy est l’un des, sinon le, meilleur centre de la LHJMQ particulièrement en raison de son taux de réussite aux mises au jeu et de son efficacité sur l’attaque à cinq. Avec Nicolas Poulin, cette ligne apportera talent, vitesse et intelligence, en plus d’une touche de robustesse au besoin. Aucun des trois ne mesure moins de six pieds ou ne pèse moins de 180 lbs.

Le duo d’Européens de tailles moyennes se verra greffer un gros ailier droit pour compenser au niveau physique. Mathieu Olivier est reconnu comme un joueur très robuste, qui dispose de plus d’un certain talent offensif. Si Thibault a raison et que chacun de ses joueurs du Vieux Continent approche ou dépasse le point par match, il deviendra difficile de réduire au silence l’ensemble du top-6 du Phoenix.

Bailey Peach prendra un certain moment à s’adapter à la LHJMQ, et le Phoenix peut se permettre de lui donner le temps nécessaire. Le rapide joueur de 16 ans devrait normalement débuter la saison sur une troisième unité. En compagnie de son ami Evan MacKinnon qui compte jusqu’à maintenant six points en deux matchs préparatoires, et d’un Kevin Gilbert gonflé à bloc depuis son arrivée au camp préparatoire, ce trio sera certes petit en taille, mais grand en talent et en vitesse. Ils représenteront un troisième trio énergique et talentueux, capable de donner des maux de tête aux défenseurs adverses par ses habiletés plutôt que par son poids.

Félix Robert est un centre naturel qui a tout de même récolté 23 points en 45 matchs à sa saison recrue, mais il devra commencer la saison à l’aile de la quatrième ligne en compagnie de soit Nicolas Roy, Benjamin Tardif ou Simon Lefebvre. Ces quatre joueurs ont démontré au cours des derniers jours qu’ils ont connu un bon été, reste maintenant à voir ce qu’ils pourront faire avec le temps de glace qui leur sera offert par Stéphane Julien. Une promotion pourra bien attendre l’un de ceux-ci en temps et lieu.

Les attaquants des deux derniers trios ont tous des habiletés permettant éventuellement de monter d’un ou deux trios si l’infirmerie devait se remplir, ce qui a été un problème constant la saison dernière chez le Phoenix. Une excellente preuve de cela est que seul Hugo Roy a enfilé les patins pour chacune des 68 parties. L’équipe a souvent dû surtaxer ses meilleurs attaquants, ce qui ne devrait plus être un si grand problème avec la nouvelle profondeur qu’emmènent ensemble Peach, Samuel Poulin et une année de plus derrière la cravate des vétérans.

 

 

Une défensive jeune, mais talentueuse

  • Pertes principales: Julien Bahl (Ex-20 ans), Cody Donaghey (Ex-20 ans).
  • Arrivées principales : Olivier Crête-Belzile (R3 #45 – 2016), Alexandre Joncas (R4 #57 – 2017), Jean-Mathieu Lavoie (Invité de 19 ans), Connor Senken (Moncton – LHJMQ).

 

Alignement projeté :

P1 : Vincent Lampron – Thomas Grégoire
P2 : Olivier Crête-Belzile – Luke Green
P3 : Jean-Mathieu Lavoie – Yann-Félix Lapointe
Extra : Connor Senken/Alexandre Joncas, Johnatan Legault (20)*

*Legault a été retranché au Junior AAA, mais sera en principe de retour si Hugo Roy perce chez les professionnels.

 

Grâce à Grégoire et Green, la transition défense-attaque sera un point fort chez le Phoenix. Les deux sont des experts du jeu de puissance et adorent appuyer l’attaque, ce qui fera de Sherbrooke une équipe dangereuse à tout moment. Certes les risques ne sont pas étrangers à ce type de joueurs, mais on peut s’en permettre parfois un peu plus lorsque c’est Evan Fitzpatrick devant notre filet. On reviendra au gardien un peu plus tard.

Vincent Lampron compte plus d’expérience et son différentiel acceptable de -8 en 61 parties l’an dernier devrait augmenter cette saison, en parallèle avec sa production de 8 aides et le rang du Phoenix au classement. Avec un défenseur comme Grégoire à ses côtés plus souvent (Grégoire a passé la première moitié du calendrier aux côtés de Carl Neill), il verra également plus de temps de glace. Il sera une bonne bouée de sauvetage pour le défenseur sherbrookois qui ne déteste pas s’aventurer en territoire offensif.

Pour les deuxième et troisième paires, les rôles peuvent très facilement être interchangés. Olivier Crête-Belzile passera probablement beaucoup de temps en compagnie de Luke Green, lui aussi téméraire à ses heures. Le meilleur défenseur du circuit Midget AAA la saison dernière pourrait bien être un partenaire idéal pour l’espoir des Jets de Winnipeg.

Jean-Mathieu Lavoie, Yann-Félix Lapointe et Connor Senken ajouteront un peu de masse à la ligne bleue, eux qui atteignent (ou dépassent) tous la barre des six pieds. Lavoie démontre un bon calme et une bonne capacité d’analyse tandis que Lapointe continuera son apprentissage à 18 ans. Finalement, Alexandre Joncas fait directement le saut dans la LHJMQ grâce à son efficacité, sa bonne lecture du jeu et sa maturité défensive. Chacun de ces quatre défenseurs pourra s’alterner en fonction des besoins du coach. Johnatan Legault pourra revenir lorsque le vétéran de 20 ans Hugo Roy quittera pour le Colorado, et pourra probablement demeurer en ville si jamais le capitaine perce dans l’entourage de l’Avalanche.

Si le Phoenix devait aller chercher du renfort à la date limite, c’est probablement vers la ligne bleue que Jocelyn Thibault se tournerait pour ajouter un brin d’expérience. Reste à voir quel sera le prix à payer pour améliorer ce jeune mais prometteur groupe de défenseurs.

 

 

Une équipe de gardiens à saveur haligonienne

Pertes principales: Aucune.
Arrivées principales : Aucune.

 

Alignement projeté :

G1 : Evan Fitzpatrick
G2 : Brendan Cregan
Extra : Thommy Monette, Thomas Sigouin

 

Evan Fitzpatrick est en mission. Nouvelle attitude, nouveau contrat en poche, nouvelle routine, nouvel entraîneur des gardiens… La recette est totalement différente par rapport aux dernières saisons, et il semble enfin prêt à répondre aux attentes. Confiant et motivé à l’approche de ce qui devrait normalement être sa dernière saison au hockey junior, Evan a comme objectif principal de faire regretter à Hockey Canada de l’avoir ignoré au dernier camp estival de l’équipe U20, et souhaite se mériter une invitation tardive au camp d’ÉCJ en étant le meilleur gardien de la LHJMQ cette saison. S’il performe à la hauteur de ses ambitions et de son talent, le Phoenix n’accordera certainement pas près de 3,95 buts par rencontre comme ce fut le cas la saison dernière! Les débuts difficiles de Justin Blanchette ont pesé lourd dans la balance (MBA de 5,52 en 13 parties), mais de façon générale le Phoenix a connu un relâchement notable après la période des Fêtes. La formation sherbrookoise a perdu 20 de ses 30 derniers matchs en 2017, accordant 31 buts de plus qu’elle n’en a marqué durant cette période.

Brendan Cregan débutera la saison dans la LHJMQ pour la première fois de sa carrière après avoir été invité deux fois par les Huskies. En dix rencontres, le #33 a récolté quatre victoires et n’a accordé cinq buts qu’une seule fois, soit face à l’attaque bien rodée des Huskies. On le vante également comme un coéquipier hors-pair qui connaît déjà bien le nouvel entraîneur des gardiens, Brad MacCharles, qui le tient en haute estime. Lors du départ de Fitzpatrick pour le camp des Blues ou en cas de blessures, Thommy Monette (R3 #39 – 2017) ou Thomas Sigouin (R7 #111 – 2017) pourront venir aider l’équipe.

En somme, avec deux gardiens confiants et un coach tous originaires du même coin de pays qui sont mutuellement à l’aise de travailler l’un avec l’autre, il faudra probablement détourner son regard du filet pour trouver les aspects à améliorer chez le Phoenix.

 

 

Jeu de puissance : Légère baisse en vue

Le jeu de puissance perd des éléments majeurs en Anderson MacDonald (11 BAN) et Julien Pelletier (13 BAN), mais comptera toujours sur le meilleur marqueur de la ligue sur l’attaque massive la saison dernière en Hugo Roy (17 BAN). Il préserve de plus Yaroslav Alexeyev qui a su convertir à huit occasions, ce qui le place tout de même au 35e rang de la LHJMQ à ce chapitre et au 7e chez les recrues. Chez les défenseurs, Thomas Grégoire a récolté 36 points en avantage numérique alors que Luke Green a su en cumuler 12 en seulement 33 parties avec le Phoenix.

Avec ces présences auxquelles on peut ajouter les frères Poulin, Bailey Peach et Evan MacKinnon (deux buts en AN en matchs préparatoires), tout comme Olivier Crête-Belzile qui a bien fait à ce chapitre dans le Midget AAA, le Phoenix devrait en principe livrer la marchandise avec un homme en plus. Reste à voir si cela lui permettra de se retrouver dans le top-3 de la LHJMQ à ce niveau (25,3%), plateau atteint en 2016-2017. Un rendement de 25% ou plus pour une deuxième saison consécutive serait déjà plus que satisfaisant pour cette équipe qui arrivera bientôt à maturité.

 

 

Position au classement : Une nette progression à prévoir

En projetant que le Phoenix saura produire plus de buts et en accordera certainement moins, tout en comptant sur moins de blessures que la saison dernière alors qu’il a, par exemple, compté sur dix (!!!) absents pour une période de trois matchs en milieu de saison, cette équipe qui n’a connu son sort qu’au dernier jour de la dernière saison saura, sans trop de difficultés, dénicher sa place en séries. Maintenant, où se trouvera-t-elle sur la liste des 16 participants à la « vraie saison »? La réponse se retrouvera dans notre analyse de la division Ouest pour la saison 2017-2018!

Share