L’Armada nivelle les chances dans sa série

Affaibli par un virus, Nikita Jevpalovs était de retour au jeu, après avoir raté le premier match de la série. Récoltant malgré tout trois mentions d'aide, il s'est mérité la 1re étoile de la rencontre. (Photo: scphotographe.ca)
Affaibli par un virus, Nikita Jevpalovs était de retour au jeu, après avoir raté le premier match de la série. Récoltant malgré tout trois mentions d'aide, il s'est mérité la 1re étoile de la rencontre. (Photo: scphotographe.ca)

Affaibli par un virus, Nikita Jevpalovs était de retour au jeu, après avoir raté le premier match de la série. Récoltant malgré tout trois mentions d’aide, il s’est mérité la 1re étoile de la rencontre. (Photo: scphotographe.ca)

(Voir le reportage photographique de Sylvain Charest)

Toujours affaibli par un virus, Nikita Jevpalovs était toutefois de retour au jeu, samedi, pour le deuxième match de la série entre les Olympiques de Gatineau et l’Armada, à Boisbriand. Malgré son état, le grand Letton a préparé trois des quatre buts des siens, menant l’équipe à une victoire de 4 à 1. De son côté, Samuel Montembeault s’est montré beaucoup plus solide que la veille. Il n’a fait face qu’à 14 lancers, mais 10 dangereux. Calme, il a affiché des réflexes bien aiguisés. L’égalité est maintenant créée dans cette série quatre de sept, une victoire de chaque côté.

Après avoir cédé sur le premier tir dirigé contre lui, lors du match de vendredi, Montembeault s’est cette fois illustré sur le lancer initial, donnant le ton à l’attaque des siens. L’Armada a cependant éprouvé de sérieuses difficultés à s’organiser lors de son premier avantage numérique, ne tirant qu’une seule fois sur François Brassard.

L’Armada prend les devants

Les Olympiques se sont faits plus menaçants à leur premier jeu de puissance, lors d’une pénalité à Nathanael Halbert, mais ne sont pas parvenus à percer Montembeault. C’est en sortant du banc des pénalités qu’Halbert a foncé au filet et a été poussé par un joueur gatinois. En tombant, toutefois, Halbert a redirigé accidentellement un tir de Nikita Jevpalovs derrière Brassard et l’arbitre Jonathan Alarie a immédiatement signifié que le but était accordé. La Flotte prenait les devants 1-0, à 9:34.

Les Piques ont créé l’égalité à 12:10. Alex Dostie, lors d’une attaque en zone adverse, a poussé la rondelle vers la ligne bleue et son capitaine, le défenseur Alexandre Carrier, y est allé d’un puissant boulet, qui a déjoué Montembeault.

Les esprits se sont ensuite échauffés, alors que Tommy Veilleux et Olivier Schingh-Gomez ont jeté les gants pour se livrer un combat plutôt viril. En plus de sa pénalité majeure, Veilleux a écopé d’une inconduite et d’une mineure pour avoir été l’instigateur, alors que son coéquipier Élie Bérubé était chassé pour rudesse. À cinq contre trois, l’Armada n’a mis que 12 secondes à reprendre les devants. Après que Danick Martel eut remporté la mise au jeu, Nikita Jevpalovs a refilé le disque à Daniel Walcott, qui y est allé d’un puissant tir de la ligne bleue.

« Ça fait trois cinq contre trois qu’ils ont depuis le début de la série. C’est à nous d’y voir. Nous méritions nos pénalités, alors nous devrons apprendre à mieux contrôler nos émotions », a mentionné l’entraîneur-chef des Olympiques, Benoît Groulx, après la rencontre.

Après une période, l’Armada menait 2-1.

Un seul filet a été inscrit en période médiane. Du moins, officiellement. Fabrizio Ricci croyait bien avoir marqué quand il a réussi à loger la rondelle derrière Brassard, mais ce dernier a poussé le filet hors de ses amarres et l’arbitre Nicholas Dutil a immédiatement refusé le but. La reprise vidéo a confirmé sa décision, mais Joël Bouchard ne l’a pas vu du même oeil et s’est chargé de le lui faire savoir, sans mettre ses gants blancs.

C’est lors d’une pénalité à Alexandre Alain, à 16:33, que Danick Martel a complété un jeu initié par Jevpalovs et Walcott, donnant une priorité de deux buts aux locaux. Après deux période, c’était 3-1.

Dans un filet désert, à 16:09 de la troisième période, l’Armada a complété la marque. Tentant le tout pour le tout, Benoît Groulx a retiré son gardien François Brassard avec cinq minutes à faire en troisième période. Après une attaque des visiteurs en zone de l’Armada, Yvan Mongo a réussi à récupérer le disque et à longer la bande avec Alexandre Carrier accroché après lui. Suite à quelques échanges en zone gatinoise, Mongo a été mis en échec dans l’enclave. En tombant, il a balayé la rondelle du revers, l’envoyant ainsi dans la cage vide.

La série se déplace maintenant à Gatineau. Les matchs 3 et 4 auront lieu mardi et mercredi, au Centre Robert-Guertin. Elle reviendra au Centre d’excellence Sports Rousseau le vendredi 3 avril, pour le match numéro 5.

Share