Islanders contre Phoenix: comparaison en chiffres

1stRd_-_CHA_vs_SHE

Pour la première fois de son histoire, le Phoenix de Sherbrooke amorce les séries avec comme objectif la victoire et rien d’autre. Après avoir été éliminé de façon expéditive à sa première campagne par le Drakkar et avoir raté le tournoi printanier la saison dernière, la troupe estrienne amorcera l’après-saison avec l’avantage de la glace, dès vendredi soir, au Palais des Sports Léopold-Drolet.

Toutefois, malgré l’avantage territorial, rien n’est garanti pour les hommes de Judes Vallée. Leurs adversaires en première ronde, les Islanders de Charlottetown, forment une équipe bien équilibrée, avec des points forts à toutes les positions. Voici une comparaison en chiffres des différents éléments de chacune des deux équipes, afin de mieux savoir à quoi s’attendre. Veuillez noter que ces chiffres représentent la saison régulière et ne sont aucunement garants de succès en séries éliminatoires.

Tout d’abord, voici les alignements possibles lors du premier match. Certains joueurs blessés à long terme, comme Will Thompson et Alexis Vanier, sont donc mis à l’écart.

ISLANDERS DE CHARLOTTETOWN PHOENIX DE SHERBROOKE
Goulet-Chlapik-Sprong
Cooper-Rydstrom-Johnston
Cobbold-Kielly-Kennedy
Getson-O’Brien-Balmas / Guilbault
Audette-Darcy-Storto
Wieser-Lafontaine-Schweri
Poulin-Fontaine-Harwell
Domingue-Sawyer-Bennington / Thierus
Weber/MacKinnon
Deschenes/Henley
Rioux-Legault/McFadden
Neill-Roy
Bahl-Hoyles
Grégoire-Sabourin
Mason McDonald
Daryl MacCallum
Alex Bureau
Evan Fitzpatrick

Offensive: léger avantage au Phoenix

D’abord à l’attaque, le Phoenix a conclu la campagne au 12e rang du circuit avec 228 buts, alors que les Islanders ont marqué 226 buts, ce qui leur donne le 15e échelon.

Chez les Islanders, trois attaquants et un défenseur ont atteint le plateau des 50 points, soit Daniel Sprong, Filip Chlapik, Alexandre Goulet et Ryan McKinnon. Chez le Phoenix, cinq joueurs ont réussi pareil exploit, soit Daniel Audette, Kay Schweri, Tim Wieser, Cameron Darcy et David Storto.

Malgré le fait que les Sprong (88) et Chlapik (75) ont tous deux récolté plus de points que tout autre attaquant du Phoenix, mené par Daniel Audette qui en compte 73, c’est toutefois sur une offensive plus diversifiée que compte Judes Vallée, ce qui peut être un avantage en bout de ligne. Toutefois, si la défensive du Phoenix n’est pas capable de neutraliser la première ligne adverse, les Islanders détiendront un avantage notable tout au long de la série.

Défensive: léger avantage aux Islanders

Si les défenseurs du Phoenix peuvent être considérés comme légèrement supérieurs à ceux des Islanders, la confrontation devant le filet ne laisse aucun doute. Mason McDonald (28-22-4, 3.06 MBA, 90,6% eff.) est clairement le meilleur des quatre gardiens impliqués dans la série, et il est capable de faire la différence à lui seul. Les Islanders ont accordé 243 buts cette saison, deux de moins que le Phoenix à 245.

Ryan McKinnon est le défenseur ayant récolté le plus de points des deux équipes avec 50, soit sept de plus que le défenseur étoile du Phoenix, Jérémy Roy. Il est toutefois à noter que celui-ci a disputé 18 parties de moins que son opposant. Carl Neill complètera Roy sur la première paire alors que Dexter Weber complète la première unité des Islanders.

La défensive du Phoenix est certes plus jeune que celle des Islanders, mais compte sur un meilleur équilibre. La profondeur à la défensive de Charlottetown est toutefois de meilleure qualité, si des blessures devaient survenir.

Devant la cage, Alex Bureau (21-13-3, 3.37 MBA, 88,3% eff.) risque d’obtenir le premier départ, mais Judes Vallée ne se gênera certainement pas pour envoyer son portier recrue Evan Fitzpatrick (13-11-3, 3.41 MBA, 88,4% eff.) si son vétéran connaissait des difficultés. Mason McDonald est de son côté le cheval de guerre des Islanders, ayant participé à 56 des 68 parties de son équipe.

Unités spéciales: avantage aux Islanders

Les Islanders comptent sur le meilleur des deux jeux de puissance. La troupe de Gordie Dwyer a capitalisé sur 25,8% de ses occasions avec un homme en plus, bon pour le deuxième rang, alors que le Phoenix a trouvé le fond du filet lors de 23,4% des opportunités obtenues, ce qui lui donne la huitième position. Pour ce qui est des buts accordés lors d’avantages numériques, le Phoenix en a accordé sept contre six pour ses adversaires.

À court d’un homme, l’avantage va encore une fois aux Islanders, eux qui ont terminé au cinquième rang de la LHJMQ en désavantage numérique avec un taux de réussite de 79,8%. Le Phoenix a quant à lui terminé au huitième échelon avec une cote de 78,7%. Pour ce qui est des buts en désavantage numérique, les Islanders ont marqué six fois à court d’un homme, alors que Sherbrooke a marqué cinq fois dans de telles circonstances.

Les unités spéciales des deux équipes sont toutefois bien différentes sur la route et à domicile.

L’avantage numérique du Phoenix est au 9e rang à domicile avec un taux de réussite de 23,3%, alors que les Islanders frappent pour 21,5% à Charlottetown. Par contre, l’équipe des Maritimes a près de 30% de réussite sur le jeu de puissance sur les patinoires adverses, un sommet dans le circuit, alors que la troupe estrienne frappe pour 23,6% sur la route.

À court d’un homme, Sherbrooke obtient de meilleurs résultats à domicile avec une cinquième position et un taux de réussite de 84,3%, alors que Charlottetown tue 78,2% des pénalités adverses sur sa glace, bon pour le 12e rang. Dans les situations opposées, le tableau s’inverse: les Islanders ont un taux de réussite de 81,5% en désavantage numérique sur la route, ce qui leur confère le second rang, alors que le Phoenix ferme la marche avec une piètre moyenne de 72,4%, bon pour l’avant-dernière place.

Impondérables: avantage au Phoenix

Chacune des deux équipes a vaincu l’autre une fois cette saison. D’abord, le Phoenix est allé battre les Islanders 3-2 au EastLink Centre au mois de novembre, puis les Islanders lui ont rendu la pareille en l’emportant 2-0 à Sherbrooke en janvier dernier.

Le Phoenix est définitivement une meilleure équipe à domicile que sur la route, ce qui lui sera salutaire avec l’avantage de la glace. En effet, les hommes du DG Patrick Charbonneau ont récolté 47 de leurs 78 points à domicile avec une fiche de 22-9-2-1 au Palais des Sports Léopold-Drolet, alors que les Islanders ont une fiche passable de 18-12-1-3 à domicile cete saison. Charlottetown a toutefois une fiche de 17-16-0-1 sur la route, ce qui surpasse celle du Phoenix, qui est de 14-17-0-3.

Et si un match devait se transporter en prolongation? Le Phoenix est l’équipe ayant eu recours au temps supplémentaire le plus souvent dans le circuit Courteau en 2014-2015, sortant vainqueur dans 11 des 17 occasions, dont une fiche de 4-2 en prolongation de cinq minutes. L’équipe des Maritimes a quant à elle une fiche cumulative de 5-5 au-delà des 60 minutes, dont une fiche de 3-1 en prolongation régulière.

Voici donc les principaux chiffres à savoir pour cette confrontation de premier tour qui s’annonce longue entre le Phoenix de Sherbrooke et les Islanders de Charlottetown. Mes prédictions seront publiées plus tard cette semaine alors que l’ensemble de l’équipe de The Q News se prêtera au jeu.

Share