« Je suis comme dans un rêve! » – Danick Martel

Photo: Sylvain Charest - www.scphotographe.ca
Photo: Sylvain Charest - www.scphotographe.ca

Photo: Sylvain Charest – www.scphotographe.ca

En l’espace de quelques semaines, l’Armada de Blainville-Boisbriand a vu deux de ses joueurs signer leur contrat d’entrée dans la Ligue Nationale de Hockey. Après Nikita Jevpalovs qui, le 26 janvier dernier, a paraphé une entente avec les Sharks de San José, voilà que son coéquipier Danick Martel vient à son tour de s’entendre avec les Flyers de Philadelphie. Comme Jevpalovs, Martel avait été ignoré lors des deux derniers repêchages amateurs de la LNH.

Cependant, Martel (102 points) et Jevpalovs (98 points), tous deux âgés de 20 ans, occupent depuis plusieurs semaines les deuxième et troisième rangs des marqueurs de la LHJMQ, derrière Connor Garland (117 points), des Wildcats de Moncton. Célébrant aujourd’hui même, le 11 mars, son 19e anniversaire de naissance, Garland trouvera sans doute preneur lors du prochain encan de la LHN, en juin.

Quelle a été la réaction de Danick Martel, lundi matin, lorsqu’on lui a confirmé que son agent et Ron Hextall, le directeur général des Flyers, en étaient venus à une entente? « Je n’ai pas vraiment réagi, parce que je ne le réalise pas encore! Je suis comme dans un rêve. Je suis tellement content! », a-t-il confié d’emblée.

Martel affirme s’être tenu loin des négociations, afin de demeurer concentré sur son jeu. Il avait prévenu son agent de ne lui parler de discussions avec des équipes de la LNH que lorsqu’il aurait quelque chose de sérieux devant lui. Ce n’est qu’il y a deux semaines que son agent l’a contacté pour lui apprendre que quelque chose de concret se tramait avec les Flyers.

De petit gabarit (5’08”, 162 livres), le numéro 62 de l’Armada n’en étonne pas moins par sa vitesse et son excellent maniement de la rondelle. Joueur fougueux, il a tenu à souligner l’apport de Joël Bouchard dans son développement. « Joël a joué un gros rôle dans ma carrière. Il est celui qui m’a appris à contrôler mon comportement bouillant sur la glace et à cesser de prendre de mauvaises pénalités. Quand je retourne au banc et qu’il a quelque chose à me dire, il me le dit de façon directe et après il tourne la page ».

À titre de directeur général de l’Armada et d’ex-joueur dans la LNH, Bouchard n’hésite pas à utiliser ses contacts pour que s’ouvrent devant ses ouailles les portes de la grande ligue. Il a ainsi convaincu quelques équipes d’envoyer leurs recruteurs au Centre d’excellence Sports Rousseau, notamment pour y voir Martel.

Heureux de se retrouver à Philadelphie

Danick Martel admet qu’il aurait été heureux dans l’uniforme de n’importe quelle équipe de la Ligue Nationale. Mais il voit un aspect spécial à se retrouver dans l’organisation des Flyers. « J’ai suivi de près la carrière de Daniel Brière, quand il jouait pour eux. Mon frère a même un gilet des Flyers avec le nom et le numéro de Brière dans le dos, a-t-il raconté, mentionnant également qu’il s’est entraîné à plusieurs reprises avec Sean Couturier, qui évolue toujours à Philadelphie. Je retrouve donc un gars que je connais bien. »

Pour la suite des choses, Martel ne s’en préoccupe pas trop pour le moment. La Flotte lutte avec Moncton et Rimouski pour le premier rang du classement général de la LHJMQ, et c’est là-dessus qu’il entend concentrer son attention, avant la priorité suivante, les séries éliminatoires.

Après la saison, il mettra le cap sur sa ville natale, Drummondville, où il joindra de nouveau l’entreprise familiale, un centre de hockey appartenant à son père. Comme il le fait depuis quelques étés, il y travaillera, s’y entraînera et y dirigera une équipe, comme il adore le faire.

Selon les termes de son contrat, il prendra ensuite part au camp d’entraînement des Flyers, avant d’éventuellement poursuivre son développement avec les Phantoms de Lehigh Valley, dans la Ligue Américaine.

Photo: Sylvain Charest (www.scphotographe.ca)

Share