Morand tranche le débat en fusillade

1C1A1608

 

– Châteauguay- Les Grenadiers de Châteauguay recevaient vendredi soir dernier la visite des Cantonniers de Magog. Dans un match fertile en émotion et en rebondissements de toutes sortes, les joueurs de l’entraîneur Steve Hartley se sont finalement sauvés avec la victoire, à l’arraché, par la marque de 4 à 3 devant plus de 800 spectateurs présents au Centre Multisports.

En première période, on a eu droit à du jeu ouvert ou les deux formations ont eu plusieurs chances de marquer. Pas moins de quatre filets sont inscrits au tableau. Les locaux sont les premiers à noircir la feuille de pointage alors que l’attaquant Xavier Grier sauta sur le retour de lancer d’Antoine Morand, qui ne laissa aucune chance au gardien Alex D’Orio. Quelques minutes plus tard, Châteauguay doubla son avance par l’entremise de Félix Bibeau qui, posté à l’embouchure du filet, redirigea de belle façon le lancer de Brendan Peackock. Mais l’indiscipline coûte cher à la troupe de Steve Hartley. Lors d’une double supériorité numérique, l’attaquant William Leblanc réduira l’écart de moitié en y allant d’un tir parfait qui déjoua la vigilance de Kyle Jessiman. Puis, toujours lors d’un jeu de puissance , Tristan Belliveau compléta la belle manoeuvre orchestrée par Alex Olivier Voyer. C’est 2 à 2 après vingt minutes de jeu.

Au deuxième vingt , un seul but est marqué. Pour la première fois de la rencontre, les visiteurs ont pris les devants alors que l’attaquant Nicolas Guay décocha un tir précis qui ne laissa aucune chance au gardien des Grenadiers. William Leblanc et Zachary Lavigne sont complices sur cette séquence. De son côté, le cerbère du Magogois se montra brillant y allant de quelques beaux arrêts. On a qu’à penser à son arrêt de la jambière gauche sur un tir à ras la glace, volant un but certain à Pierre-Luc Sanche ou sur une puissante frappe du point d’appui de Antoine Morand. En fin d’engagement, ce même Sanche passa bien près de ramener tout le monde à la case départ, mais a été incapable de terminer son jeu orchestré. Les Cantonniers retraiteront au vestiaire en avance par un.

Lors du dernier engagement, les locaux ouvriront la machine en y allant d’un bombardement en règle de 18 lancers. Le gardien D’Orio, fidèle à lui-même est solide bloquant des tirs de Grier et de Peackock. Il aura fallu attendre à mi-chemin de la période avant de voir Châteauguay créer l’égalité alors que le capitaine de l’équipe Pierre-Luc Sanche créa l’égalité à trois partout. On ira donc en prolongation.

Lors de la supplémentaire , les Grenadiers ont les meilleures chances de marquer, mais ont été incapable de capitaliser. Les locaux ont manqué de veine alors que le tir de Sanche frappa le poteau de plein fouet à la droite du cerbère magogois.

C’est finalement Antoine Morand qui trancha le débat en fusillade alors qu’il y alla d’un tir parfait du côté rapproché du filet. La troupe de Steve Hartley se sauva avec la victoire et conserva du même coup leurs chances de rafler le titre dans la section Reebok , deux points derrière les Riverains du Collège Charles-Lemoyne.

Commentaire d’après-match de Steve Hartley :

«C’est un beau retour. On a été chercher deux points importants. Avec la défaite des Riverains ce soir, on a encore de l’espoir de terminer en tête de notre division. Notre indiscipline nous a fait mal. Lors de la première période, on contrôlait le match, mais par la suite, on a écopé de mauvaises pénalités. On leur a laissé la porte ouverte chose qu’ils ont faite. J’ai aimé de la manière dont mes joueurs ont répondu par la suite. On est revenu fort en troisième période et trouver un moyen de gagner. Il nous reste encore deux matchs à disputer. C’est important d’entrer dans les séries avec le meilleur positionnement possible. Les jeunes sont fébriles, ils ont hâte. Mais on est pas encore rendu là. On tourne la page, car une autre rencontre nous attend aussitôt que demain après-midi contre les Élites de Jonquière»

Concernant l’état de santé de Marc-Olivier Duquette qui a dû retraiter au vestiaire lors du premier vingt : «Je n’ai pas encore parlé à Marc-Olivier pas plus qu’au thérapeute de l’équipe. On va l’évaluer, mais il devrait être à son poste contre les Élites.»

 

Photo: Maxime Maheu

Share